NEURONOLGIE DES TERRITOIRES

 

Introduction

 

C. Trédaniel : “ Les fonctions du système nerveux sont dépendantes et déterminées par la structure du système auquel elles appartiennent et par l’information qui l’active.” 

 

La fonction principale de notre système nerveux est de maintenir une certaine homéostasie au sein du système vivant par l’action de celui-ci.

 

Les fonctions du système nerveux sont déterminées par :

  • La structure du ou des systèmes mise en jeu

  • La qualité et quantité d’informations 

 

G. Lazorthes : “ Dans le système nerveux plus qu’en tout autre appareil, forme et fonction sont intimement confondues; leur connaissance est également indispensable à la pratique. La description d’un nerf ou d’une formation nerveuse trouve donc avantage à être suivie par l’exposé de leurs fonctions, de leurs explorations et de leurs lésions.” 

 

1er partie : Rappel du système nerveux

 

I. Le système nerveux

 

On divise le système nerveux en 2 sous-systèmes :

  • Le système nerveux central composé de l’encéphale et de la moelle épinière

  • Le système nerveux périphérique. C’est la partie du système nerveux situé en dehors du système nerveux central. On y trouve les nerfs issus de l’encéphale ( nerfs crâniens ) et ceux issus de la moelle épinière. 

 

Le système nerveux périphérique comporte 2 sous-systèmes : 

  • La voie sensitive afférente qui va transporter les influx provenant des récepteurs sensoriels vers le SNC. 

  • La voie motrice efférente transmet aux systèmes effecteurs les influx provenant du SNC. 

 

La voie motrice comporte également 2 sous-systèmes : 

  • Le système nerveux somatique est constitué de neuro-fibres motrices somatiques qui acheminent les influx du SNC vers les muscles squelettiques. 

  • Le système nerveux autonome composé de neuro-fibres motrices viscérales qui gèrent l’activité des muscles lisses, du muscle cardique et des glandes. 

 

Le système nerveux autonome comprend lui aussi 2 sous-systèmes :

  • Le système nerveux sympathique a tendance à stimuler l’activité des viscères. 

  • Le système nerveux parasympathique a tendance à inhiber l’activité des viscères.




Organigramme de l’organisation du système nerveux (Cf cours de N. Guehennec)

 

II. Systématisation du système nerveux périphérique

 

2.1 Les nerfs cérébraux spinaux

 

Ils relient le SNC aux muscles ou aux récepteurs sensitifs périphériques.

 

2.1.1 Les nerfs crâniens

 

12 paires qui naissent de l'encéphale et sortent par les orifices de la base du crâne. Ils innervent essentiellement l'extrémité encéphalique.

 

2.1.2 Les nerfs rachidiens

 

Environ 31 paires qui naissent de la moelle épinière, sortent par les trous de conjugaison et innervent les parois du tronc et les membres.

 

On retrouve :

  • 8 paires cervicales

  • 12 paires dorsales

  • 5 paires lombaires

  • 4 paires sacrées

  • Entre 1 et 5 paires coccygiennes

 

2.2 Les nerfs sympathiques

 

Ils relient le SNC aux fibres musculaires lisses des vaisseaux et des viscères ou aux récepteurs sensitifs viscéraux.

 

III. Structure du nerfs périphériques cérébraux spinaux.

 

3.1. Coupe transversale 

 

Schéma

 

3.2. La fibre nerveuse

 

3.2.1. Définition

 

Une fibre nerveuse correspond à un axone de neurone dont le corps cellulaire est situé dans la moelle pour la fibre motrice et dans le ganglion spinal pour la fibre sensitive.

 

3.2.2 Gaine de myéline

 

L'épaisseur de cette gaine fait varier de diamètre de la fibre et la vitesse de conduction en est directement proportionnelle. (Cf cours d’A. Letortu)

 

IV. Le nerf rachidien

 

4.1. Description

 

4.1.1. Origine 

 

Le nerf rachidien naît par 2 racines, une antérieure motrice et une postérieure sensitive respectivement composée par le passage de nombreux neurones moteurs et sensitifs regroupés en radicule. 

Les racines sont issues des sillons collatéraux antérieur et postérieur de la moelle et se réunissent au niveau du trou de conjugaison.

 

4.1.2. Trajet

 

 Le nerf rachidien sort par le trou de conjugaison constitué par le bord inférieur du pédicule de la vertèbre sus-jacente et le bord supérieur du pédicule de la vertèbre sous-jacente. 

 

4.1.3. Terminaison 

 

Il se termine par 2 terminales : une branche antérieure et une postérieure qui naissent dès la sortie du trou de conjugaison

 

4.1.4. Rapport

 

Le nerf rachidien est engainé avec l'artère radiculaire par la dure mère, entouré par les veines rachidiennes, entre les pédicules des vertèbres sus et sous-jacentes.

 

4.2. Distribution

 

La moelle se divise en différente unité fonctionnelle appelée myelomère. Ce sont des segments médullaires donnant chacun naissance à un nerf. Étant donné que la moelle s’arrête en L2 , la direction des racines formant le nerf est de plus en plus oblique en bas et en dehors.

Jusqu'au 7ème nerf cervical , les nerfs portent le nom et le numéro de la vertèbre située au-dessous de leur émergence. A partir du 1er nerf dorsal , il porte ceux de la vertèbre située au-dessus.

 

4.3. Branches antérieures et postérieures

 

La disposition des branches terminales antérieures et postérieures est différente selon les étages. Elle est liée à l'évolution du myotome.

Les somites sont à la fois un dermatome, myotome et un sclérotome. Ce sont des parties situées en avant des myélomères.

Le devenir des branches du nerf rachidien va dépendre de ce qu'est devenu le somite.



4.3.1. Branches antérieures des nerfs rachidiens

 

Les branches antérieures des nerfs rachidiens vont principalement innerver la peau, les muscles des membres et de la paroi antéro-latérale du tronc et du cou. 

En dehors de la région thoracique qui conserve cette disposition métamérique primitive, les branches antérieures subissent de nombreuses transformations. 

La région antérieure des myotomes qui va constituer les membres entraîne les nerfs qui s'entrecroisent pour former les plexus.

 

Le plexus cervical : C1-C4

Innervation du cou

 

Plexus brachial : C5-D1

Innervation de la ceinture scapulaire et le membre supérieur

 

Nerfs inter-costaux/thoracique : T1-T12

Innervation de la paroi thoracique et abdominale aussi que les séreuses pleurales et péritonéales

 

Plexus lombaire : L1-L4

Innervation du membre inférieur et les organes génitaux externes et la paroi abdominale.

 

Plexus sacrée : L5-S3

Innervation du membre inférieur et la ceinture pelvienne

 

Plexus honteux: S2-S4

Innervation du périnée et des organes génitaux externes

 

Plexus sacro-coccygien : S4-Co1

Les nerfs érecteurs qui vont au plexus hypogastrique et au paroi du rectum et de l'anus , innervation du muscle ischio-coccygien et la peau de la région coccygienne.

 

4.3.2. Les branches postérieures des nerfs rachidiens 

 

Les branches postérieures sont grêles et se divisent en 3 parties. 

Elles gardent leurs aspects métamériques, primitifs et   innervent les muscles latéro-vertébraux du dos et de la nuque, la peau du dos du vertex au coccyx ainsi que les articulations inter-apophysaires.

 

2ème partie : Les branches postérieures des nerfs rachidiens



I. Les branches postérieures cervicales

 

1.1. Le plexus cervical postérieure de Cruveilhier

 

Cruveilhier a donné le nom de plexus cervical postérieur aux 2 anses anastomotiques qui unissent les branches postérieures de C1-C2-C3 

 

C1

 

O : Sort du rachis entre C0 (occiput) et l'arc postérieur de CI (atlas).

Tr : Il passe dans un espace triangulaire limité par l’oblique supérieur de la tête, le grand droit et l’oblique inférieur de la tête. 

Te : Anastomose avec C2

C : Une pour l’oblique supérieur de la tête, une pour l’oblique inférieur de la tête, une pour le grand droit, une pour le petit droit et une pour le semi-épineux de la tête

 

Il est exclusivement moteur

 

C2 : Nerf occipital d'Arnold

 

O : Il naît entre l'arc postérieur de C1 et l'arc postérieur de C2

Tr : Il contourne le bord inférieur de l’oblique inférieur de la tête

Te : Sommet du crâne dans les téguments

C : Sensitifs pour la peau de la région occipitale. Motrices pour l’oblique supérieur, pour le grand et le petit complexus, le splénius et le trapèze. 

Il s'anastomose avec C1 et C3.

 

Rq: point gâchette au niveau de la ligne nucale de l’occiput dans son passage dans le trapèze

 

C3 : Le petit nerf d'Arnold

 

O : Il naît entre l’arc postérieur de C2 et l’arc postérieur de C3

Tr : Vertical  perforant le semi-épineux de la tête, le trapèze près de leur parties médiales.

Te : Se ramifie dans la partie médiane du cuir chevelu

C :  Motrices pour le trapèze, semi-épineux de la tête et des muscles de la nuque. Sensitives pour l’innervation de la peau de la région occipitale médiane

Anastomose avec C2.

 

1.2. Branches postérieures des 5 derniers nerfs cervicaux

 

Elles innervent les muscles grand complexus, petit complexus et transversaires épineux. Elles percent le trapèze pour innerver la peau de la nuque. 

 

Pour conclure, les branches postérieures des nerfs cervicaux innervent les muscles extenseurs de la tête permettant le maintien de l'équilibre de la tête sur le rachis cervical. Riche innervation des articulations apophysaires et innervations sensitives (Cf dermatome).

 

II. Branches postérieures des nerfs thoraciques et lombaires

 

Les branches postérieures thoraciques et lombaires ont partout la même disposition générale. Ils vont avoir une fonction motrice pour les muscles postérieurs du dos et une fonction sensitive (Cf dermatome). 

Cependant certaines branches postérieures vont avoir des caractères particuliers. 

 

  • Les 8 premiers nerfs spinaux thoraciques 

 

Ils se divisent en 2 rameaux : 

  • Un rameau latéral uniquement moteur 

  • Un rameau médian à la fois moteur et sensitif

 

  • Les 4 derniers nerfs spinaux thoraciques et les 3 premiers nerfs spinaux lombaires

 

Ils se divisent en 2 rameaux :

  • Un rameau médial grêle presque exclusivement moteur 

  • Un rameau latéral moteur et sensitif. 

Il faut savoir que les 3 derniers dorsaux et les 3 premiers lombaires donnent des ramifications à la partie supérieure de la fesse. 

 

  • Les 2 derniers nerfs spinaux lombaires 

 

Ils se divisent en 2 rameaux : 

  • Un rameau latéral qui se termine dans la masse commune 

  • Un rameau médial moteur et sensitif. 



III. Branches postérieures sacrées et coccygiennes

 

  • Les nerfs sacrés 

 

Ils s’anastomosent à leur sortie des foramens sacrés. Des arcades se forment d’où partent des rameaux moteurs et sensitifs pour la région sacrée et glutéale. 

 

  • Le(s) nerf(s) coccygien(s) 

 

Il s’anastomose avec la dernière branche sacrée et se distribue aux téguments de la région coccygienne.